Aller au contenu

Les statistiques ethniques sont interdites en France

Marseille, jeudi 19 septembre 2019 (prouvenco-info.com)

 

Les statistiques ethniques sont interdites en France, et les médias respectueux ont bien intégré la consigne, s’obstinant à donner des prénoms d’emprunt (gaulois, anglo-saxons voire russes !) à ces délinquants et criminels qui volent, violent, égorgent et tuent en criant souvent « pour se donner du courage » des imprécations à religieuses. N’y voyez surtout pas le mal, fachos islamophobes que vous êtes ! Ce ne sont que de pauvres gens atteints de problèmes psychiatriques…


« La piste terroriste n’a pas été retenue », répètent vite en choeur, très vite, trop vite, les procureurs de la république dès qu’un déséquilibré blesse un Gaulois à l’arme blanche. Le camouflage est parfait, dormez en paix, braves gens ! Big Brother vous regarde et vous protège…
Combien de ces « chances pour la France » traînent – plus ou moins légalement – sur le territoire ? Combien travaillent ? Combien sont délinquants, trafiquants de drogue ? Combien pourrissent la vie des cités ? Combien sont en prison ? Comment se répartissent statistiquement le chômage, les allocations et autres subventions diverses ? On ne sait pas, on ne peut pas le savoir, on n’a pas le droit de le savoir. Il faut laisser les autoproclamés démographes véreux et les statisticiens militants débiter la doxa gouvernementale et se taire… Juste se taire…


Les mauvaises langues vous diront qu’autoriser les statistiques ethniques permettrait de mesurer l’évolution du Grand Remplacement… Ne les écoutez pas, d’ailleurs, le Grand Remplacement n’existe pas !
« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde », plaidait Albert Camus au siècle dernier. Depuis quelques décennies, l’Etat s’est précisément fait une spécialité d’ajouter au malheur de la France…
C’est un peu la raison de la lettre ouverte, pleine de mesure et de bon sens, du général Antoine Martinez à la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme…

Marc Le Stahler

Source: Minurne Résistance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *