Aller au contenu

Trois jours avec les Brigandes et les Brigands.

Marseille, dimanche 09 juin 2019 (prouvenco-info.com)

 

Décidément la Salvetat-sur-Agout est un lieu où souffle l’Esprit.

Nous avons tous, sûrement en tout cas ceux qui me lisent, été étonnés, surpris, enthousiasmés par
les chansons des Brigandes. Certaines font apparaître graduellement une dimension spirituelle, qui
nous ouvrent un véritable chemin initiatique.
C’est pourquoi lorsque j’ai reçu une invitation pour participer à un premier séminaire sur le thème
L’origine de l’homme et sa destination selon la tradition indo-européenne: quelle alternative de vie pour l’avenir ?   D’où venons-nous ? Où sommes-nous ? Où allons-nous ?

J’ai aussitôt accepté. La participation étant limitée à une douzaine de personnes. Ce séjour d’étude est organisé par la Communauté de la Rose et de l’Épée. C’est ainsi que se nomme le Clan des Brigandes.
Ce nom riche de symboles exprime bien la prise de conscience que nous devons avoir. Il apparaît que le combat des Brigandes passe à une dimension métapolitique.

Nous avons été accueillis dans un lieu d’exception. Le calme, l’atmosphère, la verdure, l’odeur de
l’air, des plantes, des pins des chênes et des érables nous font changer de monde. D’abord l’absence
de réseau téléphonique a reposé nos corps des influences électromagnétiques qui nous entourent
habituellement. L’organisation de ce séjour est parfaite, harmonie et ponctualité,

Vendredi 31 mai. Après un apéritif sur la terrasse, nous avons dîné, Chrystelle nous plaça selon un plan de table, excellente idée, car ce plan changeant à chaque repas nous permit de nous entretenir et de faire connaissance plus particulièrement les uns et les autres. Le dîner fut délicieux, végétarien bien sûr, mais original et savoureux. Remercions nommément Sara pour ses talents de cuisinière.

Samedi 1er juin: D’où venons-nous? origine métaphysique de l’homme. Qui sommes‐nous selon les mythes et la philosophie antique ?

En préambule Roxane joua de sa harpe, égrenant des notes mélodieuses harmonieuses qui nous apaisèrent, nous préparant à écouter. Ce moment de sérénité n’est pas fréquent lors des conférences publiques, le brouhaha de l’installation des participants, les conversations ne favorisent pas la quiétude, l’ouverture et la réceptivité de l’esprit. Ce moment fut répété entre chaque conférence. Antoine, Xavier et Irène sont intervenus l’un après l’autre sur nos origines et ont parfaitement posé les prolégomènes de nos travaux.

Chaque conférence était suivie d’un long moment de questions et commentaires auquel nous avons participé pour la plupart.  Je ne vais pas m’étendre et commenter les sujets abordés, je laisse à ceux qui voudront participer aux prochains séminaires le bonheur de la découverte.
Disons seulement que pour cette première série de conférence Antoine, Xavier et Irène nous ont éclairés sur l’opposition qui règne autour de nous entre les matérialistes et les spiritualistes et que cela recouvre le choix mondialiste opposé aux convictions identitaires.

Où sommes-nous ? La civilisation matérialiste qui nous conditionne. Les enjeux de notre époque.
Les dangers de la technologie et d’une science sans conscience.
Les traditions, des Indes à l’Irlande, de la Bible aux Eddas nous enseignent que nous sommes à la fin
des temps ou d’un temps, l’Age noir ou l’Age de Fer, l’Apocalypse ou le Ragnarök. Au-delà d’une subversion mondialiste organisée par les grands systèmes financiers, les tenants du politiquement correct et les adeptes de l’uniformisation des peuples il y a de fait un totalitarisme technologique, même pas politique mais omniprésent.

D’internet à la carte à puce, de la carte à puce à la puce implantée, des vaccins utiles aux multi-vaccins le monde technologique et financier organise la sujétion de l’individu le préparant au transhumanisme. Le Grand Remplacement n’est pas seulement racial, il est aussi le Grand Remplacisme des êtres humains naturels dans leurs diversités par un individu humanoïde véritable robot androïde rêvé par les auteurs de science-fiction. Rêve ou cauchemar ?

Il est à noter également que l’uniformisation des humains de la planète est aujourd’hui acquise. Ainsi lors du congrès de SOTCHI réunissant les jeunes alter-mondialistes des pays du BRICS (Brésil, Russie, Chine, South Africa…) on constatait, que quelqu’en soit l’origine, les participants portaient les mêmes jeans, t-shirt, chaussures et utilisaient les mêmes smartphones et tablettes. Le Grand remplacisme est aussi moral. La culture dominante, les « éducations nationales » modifient les valeurs.
Le Héros (chevalier, guerrier, homme de droiture, de courage, agissant avec force, faisant passer l’honneur avant l’intérêt ou le confort) est distancié, oublié, voire moqué, il est remplacé par la victime, le faible, l’handicapé, le malin.
Avec le recul je ne peux m’empêcher de penser à ce passage de Zarathoustra de Nietzsche Point de berger et un seul troupeau ! Chacun veut la même chose, tous sont égaux : qui a d’autres sentiments va de son plein gré dans la maison des fous. …/…
«Nous avons inventé le bonheur» – disent les derniers hommes, et ils clignent de l’œil. Après le dîner, un concert de musique médiévale par Roxane à la Harpe, Sara au piano et Maxime à la guitare et tambourin. Nous avons écouté une douzaine de pièces de troubadours qui correspondaient si bien à notre attente d’harmonie.

Après une nuit reposée vint le Dimanche, Le sujet des dernières Conférences fut : Ou allons-nous ? L’avenir de l’ordre mondial et la tyrannie technocratique. Comment organiser une alternative de vie pour le futur? Accomplir le but de la vie humaine.

Comment nous permettre de survivre avec nos valeurs et nos traditions ? Est-il possible de lutter contre ce monde totalitaire tout puissant par sa technologie omniprésente ?
Renouer avec le culte des Héros, restaurer dans nos familles, nos proches, les vertus de droiture, de
courage, de virilité. Refuser « l’uni-formisme », constater que si le rôle des hommes est de combattre et de produire celui des femmes est de protéger, d’instruire et d’élever (dans tous les sens du verbe).
Face à cet univers sans amour il nous faut lui tourner le dos, s’en écarter, choisir d’autres chemins.
Le retour au Clan est le moyen de refuser l’individualisme forcené. De choisir un autre mode de vie et de se préparer à survivre.

Cela passe par un retour à la religiosité, à la renaissance de nos mythes ancestraux, à l’exemplarité
de notre comportement devant les générations futures. Cultivons l’espérance.

J’ai passé deux journées et demi, avec un sentiment de grande liberté, d’harmonie. Tous les sujets
ont été abordés, y compris ceux qui sont évoqués par les adversaires de Brigandes sur le Net. Il est si facile de salir ce que l’on craint. Joël Labruyère n’accepte pas la soumission aux pouvoirs d’état, il montre le totalitarisme léger discret mais sans pitié qui cherche à étouffer la liberté de conscience, l’indépendance des pensées, les livres maudits. Alors lui comme ceux qui l’entourent doivent être salis et présentés comme malsains.

Contactez la Communauté de la Rose et de l’Épée et n’hésitez pas à participer à un prochain séjour
d’étude. Vous en reviendrez enrichi. Je peux vous annoncer un weekend d’étude sur le même thème du vendredi 5 au dimanche 7 juillet. Organisé par la Communauté de la Rose et de l’épée
Week-end d’étude sur le thème : L’origine de l’homme et sa destination selon la tradition indo-européenne.

Lieu-dit « Le Gazel » – 34330 LA SALVETAT-SUR-AGOûT
Téléphone : 04 67 97 33 82 / email : communaute.rose.epee@gmail.com

 

Christian.R

Une réflexion au sujet de « Trois jours avec les Brigandes et les Brigands. »

  1. Ping : Trois jours avec les Brigandes et les Brigands | Nice Provence Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *