Aller au contenu

Ligne éditoriale politique, vous avez dit neutralité ?

Rognac, mardi 04 juin 2019 (prouvenco-info.com)

 

Isabelle Laporta         (Yannick Jadot)

Léa Salamé                (Raphaël Glucksmann)

Audrey Pulvar            (Arnaud Montebourg)

Valérie Trierweiler     (François Hollande)

Anne Sinclair              (Dominique Strauss Kahn)

Christine Ockrent      (Bernard Kouchner)

Six femmes journalistes. Six femmes qui défendent souvent le féminisme mais qui reproduisent un schéma patriarcal classique avec un mari souvent plus âgé et plus « haut gradé ». Qu’ont-elles en commun mis à part leur métier ?

Deux choses :

  • elles ont toutes un conjoint qui s’est porté candidat à une haute fonction politique (présidence de la France, ministère, tête de liste européenne)
  • elles sont toutes de gauche.

Mon propos aujourd’hui n’est pas de savoir si elles devaient se mettre en retrait de leur métier pour éviter tout conflit d’intérêt.

Mon propos est de démontrer à quel point les médias principaux télévisuels et radiophoniques sont dominés par la gauche, avec l’argent de nos impôts concernant les chaînes publiques.

France 2, France 3, France Inter, France Culture, France 24, RTL…

Les lignes éditoriales sont clairement définies à gauche et dans le politiquement correct.

Isabelle Saporta, pendant la dernière campagne électorale, consacrait tous les matins un éditorial sur l’écologie. Elle en a parfaitement le droit. Elle crée ainsi les conditions d’attention sur ce sujet (qui est celui de son conjoint).

Ce qui me dérange c’est qu’il n’y ait pas une rubrique tous les matins par exemple sur l’immigration qui est le thème en tête des préoccupations dans tous les sondages pour les européennes.

Si l’on additionne les voix des Républicains, du RN, de Debout la France, des Patriotes, de l’UPR, on arrive à 38%.

Dès lors je croirai en la diversité médiatique quand tous les matins, la conjointe d’un Jordan Bardella animera une rubrique sur France Inter sur l’immigration et ses conséquences néfastes, ou celle d’un Président des Républicains sur France 2 au sujet du pacte de Marrakech et des sous-entendus qui l’accompagnent.

On voit à quel point la fabrique des opinions est puissante.

Après ça, il ne faudra pas que les mêmes qui s’accommodent et défendent ce système aujourd’hui, se plaignent de la ligne éditoriale qui s’imposera quand la vraie droite sera au pouvoir et pourra nommer les présidents de chaîne permettant l’ouverture de l’antenne à de nouveaux journalistes issues de la vraie droite.

L . J

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *