Aller au contenu

Comment les gilets jaunes devraient s’adresser au Président de la France

Vitrolles, samedi 15 décembre 2018 (prouvenco-info.com)

 

Monsieur le Président de la République Française,

Plus que des revendications financières, le mouvement des gilets jaunes veut un changement de gouvernance. Changer de premier ministre ne servira à rien, changer de gouvernement ne servira à rien, dissoudre l’assemblée ne servira à rien, et même changer de président ne servira à rien.

Il faut aller plus loin. Que vous le vouliez ou non vous êtes entré dans une cohabitation. Non pas une cohabitation avec un gouvernement et une assemblée majoritairement opposée à vous. Mais une cohabitation d’un genre nouveau : une cohabitation avec une grande majorité de français opposés à vous.

Vous avez été élu légalement mais pas légitimement aux yeux de nos compatriotes. Avec vos 24% de votes validés en votre faveur au premier tour, cela représente tout au plus 17% des français en âge de voter (abstention + votes blancs ou nuls + non inscrits). 17% des français, c’est trop peu pour être légitime. C’est pourquoi la seule solution pour rétablir une confiance dans le pays est de vous adresser directement à nos compatriotes. Et pour cela, une seule possibilité : des consultations nationales régulières sur de nombreux sujets économiques ou sociétaux.

Vous avez parfaitement la possibilité d’organiser cette consultation portant sur une dizaine de questions à chaque tour d’un scrutin (élections européenne, municipales, régionales, départementales, législatives, cantonales). Cela représenterait une centaine de questions au cours du quinquennat. Sur les dix questions, l’exécutif en proposerait à chaque fois quatre, les chambres parlementaires  (assemblée nationale et sénat) trois, et trois pour la société civile (référendum d’initiative populaire soumis à un million de signatures par exemple).

Un tel système permettrait : d’augmenter la participation électorale aux différents scrutins car il y aurait toujours une question dans le lot qui intéresserait nos compatriotes. D’avoir une idée précise sur ce que pensent les français et non plus se fier aux sondages (avant le vote sur le traité de Maastricht, les sondages donnaient 65% pour le « oui » alors que le « non » l’a emporté avec 52%). De calmer les esprits car les gens se sentiraient respectés et écoutés. D’accepter des décisions votées à la majorité (comme cela aurait dû l’être au moment du mariage homo ou de la peine de mort).

Enfin, pas de démocratie sans un lieu de discussion citoyen. Les médias classiques et leurs journalistes font partie, avec les politiques, de ceux envers qui la défiance est la plus grande. C’est pourquoi nous demandons la création d’une chaîne radio et d’une chaîne télé citoyenne dans laquelle les intervenants seront sous le contrôle des gilets jaunes.

Monsieur le président, vous vous qualifiez vous-même de progressiste. Alors ne soyez pas conservateur, innovez. Votre livre en 2016 s’intitulait  « Révolution ». Nous vous offrons aujourd’hui la possibilité de mettre en œuvre cette révolution non violente.

Vous et nous, ensemble, en prise directe, voilà la Révolution Française des temps modernes.

 

J.L

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *