Aller au contenu

Corrida, le bon sens reviendrait-il dans la tête des gouvernants et du peuple ?

Nîmes, le 13 juillet 2018 (prouvenco-info.com)

 

Précision : Une tribune libre désigne un article d’opinion publié dans une rubrique ouverte au public. Les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, prouvenco-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

 

Depuis quelques mois, quelques années, une offensive a été menée contre la corrida, cette grande manifestation culturelle qui figure tout le sud de la France, l’Espagne, le Portugal et une bonne partie de l’Amérique latine. Tout cela au nom de la défense des animaux, de la repentance, de l’abandon de nos cultures millénaires au nom d’une modernité qui va faire table rase du passé et construire un homme nouveau grâce au transhumanisme.

Dans un premier temps, les amoureux des taureaux n’ont pas compris le danger, considérant que leur passion, l’histoire, la culture incontestable représentée par la corrida était au-dessus de ces attaques. Malheureusement, le lobby anti corrida appuyée par les médias, la mode de la déconstruction des traditions, la culpabilisation de tout ce qui magnifie le courage, la beauté, l’affrontement de la mort en face a remporté quelques succès dans l’opinion.

Mais il semble que le bon sens se réveille et que les animalistes anti corrida sont en train de reculer.

La semaine dernière, l’Espagne et le Portugal ont rejeté trois propositions de loi visant à interdire la corrida ou la présence de mineurs lors de celle-ci.

En France deux associations animalistes ont été condamné le 7 juillet après avoir demandé l’interdiction de la corrida de Tarascon malgré la jurisprudence constante de la Cour de Cassation sur le sens qu’il faut donner à la notion de tradition taurine.

En Espagne comme au Portugal, c’est l’extrême gauche mondialiste qui soutient ces actions.

Les parlements locaux comme les assemblées nationales de ces pays ont rejetés ces revendications au nom de la liberté culturelle.

En France, la France Insoumise, soutient ce même type de proposition de loi au nom de la défense des enfants suite à des recommandations du comité des droits de l’enfance.

Heureusement, la prise de conscience de la nécessaire, indispensable défense de notre culture, de notre tradition face aux attaques des mondialistes et universalistes de tous poils est en train de se faire et des pétitions pour la promotion de nos cultures européennes se multiplient.

Ce début de renversement de la tendance est à suivre.

Jacques Lambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *