Aller au contenu

La prison pour Maryse Joissains-Masini, maire d’Aix-en-Provence ?

Aix-en-Provence 15 mai 2018 (prouvenco-info.com)

 

Le procureur du tribunal correctionnel de Montpellier a requis, hier lundi 14 mai contre Maryse Joissains-Masini, une peine de dix huit mois de prison dont 9 mois avec sursis et 10 ans d’inéligibilité. La maire d’Aix-en-Provence était jugée pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêt; rien que cela! Les commentaires fusaient ce matin au bar de la Poste où l’on pouvait entendre: « un classique judiciaire » lorsque l’on est maire d’une ville moyenne depuis tant d’années… dixit.

Revenons aux faits. Omar Achouri, est non seulement le chauffeur officiel de Maryse, comme l’appellent les Aixois mais aussi son « ami » qui « fait honneur à la fonction publique » dit-elle! Seulement ce dernier a bénéficié durant toute sa carrière d’avancements et de promotions hors du commun et bien plus rapides que certains chefs de service pourtant très méritants, au point d’avoir été promu attaché territorial de cadre A avec un salaire mensuel de 4.400€. La goutte d’eau qui fit déborder le vase, lui qui n’était qu’en 46ème position de la liste des cadres pouvant prétendre à cette promotion.

Maryse Joissains-Masini d’expliquer alors à Madame Carole Daux, présidente du tribunal, « qu’Omar faisait un travail considérable, il me facilitait les choses dans mes déplacements dans les quartiers populaires… ». CQFDLes Aixois plus habitués à le voir dans le centre ville, au marché ou dans les bars parlaient plutôt du « maire bis », chargé de recueillir les doléances des habitants, voire paraît-il de « promettre de petits arrangements aimables ». Faut-il comprendre par là, le clientélisme à l’ancienne ?

Mais ce n’est pas tout. Maryse Joissains-Masini devait répondre également de détournement de fonds publics suite à l’embauche d’une collaboratrice à son cabinet de présidente de la communauté du Pays d’Aix. Malheureusement pour cette personne embauchée à la défense de la cause animale, la collectivité territoriale n’avait pas pour compétence ce type de dossier alors même qu’il existe déjà un service municipal ad hoc en charge des animaux maltraités. Une erreur d’aiguillage supplémentaire, diront certains. En réponse à ces griefs, la défense de la première magistrate de la ville fut pour le moins surprenante: « ma collaboratrice était toujours disponible, le week-end et tard le soir. Toujours prête à intervenir même dans les caves lors de combats de chiens ou de coqs. Et ça je ne peux pas le demander à un fonctionnaire »

Alors y a-t-il un acharnement judiciaire ou un complot politique contre Maryse, elle qui est au pouvoir depuis 2001? D’aucuns disent que ce serait son dernier mandat? Sans doute. Certes il n’y a pas mort d’homme mais en ces temps où très nombreux sont les soi-disant « responsables » à répondre de leur gestion et de leurs actes devant les tribunaux, il est grand temps de condamner si besoin et de rafraîchir sûrement la classe politique française.

Marius BOUFFARTIGUES

 

Crédit photos:DR

 

 

2 réflexions au sujet de « La prison pour Maryse Joissains-Masini, maire d’Aix-en-Provence ? »

  1. patphil dit :

    de toute façon personne ne va en prison sauf à être condmné à plus de deux ans!

    l’amende financière serait donc la plus dissuasives si elle est très conséquente

    Répondre
    • Jean-Marie Guiglia dit :

      Bonjour et merci pour votre mail.
      Vous avez raison la criminalité en col blanc est « dispensée » de prison. Le dernier exemple en date est Jérôme Cahuzac avec son aménagement de peine; alors que les faits sont pires encore. Il paraît que c’est ça la justice …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *