Aller au contenu

Lourde condamnation pour un membre du Bastion Social

Aix-en-Provence 31 mai 2018 (prouvenco-info.com)

Samedi dernier 26 mai 2018, le Bastion Social d’Aix-en-Provence organisait une manifestation pacifique dans la ville du Roy René, pour demander la mise en place et l’application de la « préférence nationale »dans les domaines du logement, de la santé, de la justice, de l’emploi et de l’économie. La manifestation s’est passée dans le calme et sans heurts comme à chaque fois quand les groupuscules »antifas » ne viennent pas provoquer. Rappelons que l’objectif principal du Bastion Social est d’informer, d’accompagner et de soutenir les français dans le besoin (collectes alimentaires, soutien administratif…)

Le même soir, en sortant d’un bar certains membres du Bastion Social auraient agressé un couple d’automobilistes, semble-t-il d’origine maghrébine tout en proférant des insultes racistes ? C’est sur ces faits que 5 jeunes de 18 à 27 ans ont été interpellés dans la nuit, placés en détention jusqu’à leur comparution devant le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour « violences aggravées commises en réunion et en raison d’une appartenance ethnique, raciale ou religieuse » ainsi que pour « injures à caractère racial et dégradations ». Le cinquième répondra en sus de la rébellion et des outrages au moment de son interpellation.

Le tribunal correctionnel, dans son étonnante rapidité,  a condamné un des jeunes, âgé de 23 ans, à un an de prison dont 4 mois ferme. La peine étant également assortie de 2 ans de mise à l’épreuve, à une interdiction de séjour à Aix et à indemniser les victimes dont le véhicule a été endommagé. Rien que ça ! Les autres prévenus ayant été relaxés.  Il y a semble t-il 2 poids et 2 mesures pour les juges de notre pays. Manifestement il n’est pas bon d’être un patriote quand la préférence étrangère est devenue la référence institutionnelle. Car si les actes commis sont vrais, comment se fait-il, que pour des faits autrement plus graves encore, la justice soit autrement plus clémente? Les colonnes faits divers et justice de la presse subventionnée sont pleines d’exemples de tolérance, de complicité, d’excuses, de justifications, de regrets voire de pardons.

Au delà de ce fait divers, c’est une véritable chasse aux sorcières qui est organisée par le pouvoir. On ne peut plus rien dire, ni penser, ni faire quoi que ce soit qui viendrait contrarier la bien-pensance et l’idéologie dominante. A défaut c’est l’interdiction, l’emprisonnement et les amendes.

Qui a dit quand le peuple n’est pas d’accord, il faut changer le peuple?

Charles BOUFFARTIGUES

 

Crédit photos: DR

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *