Aller au contenu

Deux ans ferme pour le mari violent.

La Fare-les-Oliviers 16 mars 2018 (prouvenco-info.com)

 

Encore un énième drame de femme battue au « menu » du tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence. C’est un véritable calvaire qu’a vécu cette jeune femme subissant les coups donnés par son mari, un ingénieur d’une quarantaine d’années, avec une rare violence. En effet les médecins de l’hôpital Nord de Marseille ou elle a été transférée ont constaté de nombreux hématomes et contusions, des traces de strangulation et le foie perforé, nécessitant  une incapacité totale de travail de 40 jours.

C’est durant une nuit de janvier dans la petite ville au nom chantant de La Fare-les-Oliviers  qu’a eu lieu le drame. Drame à l’origine duquel il y eu une dispute familiale très souvent au motif ridicule. Ca serait « un pipi dans la douche » qui aurait tout déclenché! Le mari, semble-t-il coutumier des faits, s’est déchaîné sur son épouse avec des coups de pieds dans le dos et des coups dans la mâchoire non sans jeter la malheureuse contre les portes, contre la table de la salle à manger et pire encore sur le sol, la traînant par les cheveux. Le lendemain, après avoir malgré tout accompagné son fils à l’école, mais souffrant d’une hémorragie interne et ne supportant plus les douleurs atroces,  elle décida enfin d’aller à l’hôpital ou elle dû rester en soins pendant 8 jours.

Son mari, sans remords, n’éprouva même pas le besoin d’aller la voir; se contentant d’un texto « je suis vraiment désolé mon coeur » un comble! A la question du juge : « mais pourquoi toute cette violence? » « C’est un véritable acharnement, elle a de la chance d’être encore vivante » le mari violent de répondre: « je n’ai pas su me contrôler… ». Une réponse glaçante quand on sait qu’il y a environ 120 à 140 femmes qui meurent tous les ans sous les coups d’un conjoint ou d’un amant qui n’a pas su se contrôler.

Et bien souhaitons qu’avec sa condamnation à deux ans ferme, ce « mari » puisse longuement réfléchir et apprendre à se contrôler désormais. Est-ce que cela sera suffisant? Rien n’est moins sûr.

 

Jean-Marie GUIGLIA

 

Crédit photo: DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *