Aller au contenu

Encore un délinquant clandestin dans la nature ?

L’histoire se passe il y a quelques jours à peine, dans la commune de Port-de-Bouc. Un clandestin originaire du Soudan est découvert au petit matin dans une voiture de la police municipale. Sous l’influence probable de stupéfiants, l’individu déclarera un peu plus tard au commissariat de Martigues que, n’ayant pas de logement, il a décidé de briser la vitre d’une véhicule de police pour y passer la nuit.

Les policiers de Martigues, consciencieux, recherchent les antécédents éventuels de notre homme. Ils font rapidement le rapprochement avec une tentative d’arrachage d’un distributeur automatique de billets s’étant produite quelques jours plus tôt rue Nedelec à Port-de-Bouc.

La vidéosurveillance viendra confirmer ce rapprochement.

 

Ayant perdu sa « carte bleue de demandeur d’asile », le clandestin ne pouvait pas retirer de l’argent pour acheter de la drogue

Le clandestin est donc placé en garde à vue. Comme il ne parle pas vraiment français, un interprète est requis. Le prévenu reconnaît les faits, et explique à la police que puisqu’il avait perdu sa « carte bleue de demandeur d’asile », il ne pouvait pas retirer de l’argent pour acheter de la drogue. Il a donc décidé de se servir directement.

La garde à vue terminée, Saddam Abachir repart librement avec une simple convocation par officier de police judiciaire.

Cette histoire n’est pas sans rappeler celle d’un autre délinquant clandestin, Ahmed Hannachi, lui aussi relâché dans la nature par les autorités, juste avant de commettre l’effroyable attentat de la gare St. Charles au cours duquel deux jeunes étudiantes, Mauranne et Laura ont perdu la vie.

 

Henri Joël

2 réflexions au sujet de « Encore un délinquant clandestin dans la nature ? »

    • Jean-Marie Guiglia dit :

      Merci pour votre commentaire. Vous avez raison, et malheureusement il y a déjà eu des drames. Pour répondre à votre question c’est tout notre modèle législatif, réglementaire, judiciaire et social qu’il faudrait revoir. Il y a du pain sur la planche.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *