Aller au contenu

Il vole obus et lance-roquettes

Miramas 01 juillet 2017 (prouvenco-info.com)

On l’apprend qu’aujourd’hui, un jeune homme dont on a pas l’identité vient d’être mis en examen pour vol aggravé par le procureur de la république Achille Kiriakides à Aix-en-Provence. On lui reproche d’avoir volé pas moins de 4 lance-roquettes antichars et 4 obus anti blindage qui étaient avec d’autres matériels militaires, sans surveillance semble t’il, dans un train de marchandises, au départ de Miramas et à destination de Brienne-le-Château dans le département de l’Aube.

Devant l’importance des biens volés, les enquêteurs ont vite fait de retrouver les « objets concernés » et d’interpeller le suspect à son domicile de Miramas. Y a t’il une volonté affirmée pour le suspect de s’approprier ces armes? Pourquoi voyageaient-elles dans des caisses non sécurisées et non plombées? Que voulait-il en faire? Etait-ce une commande? A qui étaient-elles destinées? Le voleur a t’il agit seul ou y a t’il des complices? Autant de questions que l’on peut légitimement se poser en ces périodes troubles d’attentats et de menaces permanentes de Daech.

Le cabinet de Florence Parly, nouvelle ministre des Armées précise: « cet incident a conduit la ministre à ordonner une enquête de commandement qui devra revoir les conditions de transport de munitions par voie ferrée et proposer des mesures, susceptibles d’être mises en oeuvre avec la SNCF, pour en renforcer la sécurisation« .

Cette enquête s’impose d’autant que ce n’est pas la première fois qu’il y a ce genre de vols dans notre région. Ainsi à l’automne 2016, des caisses militaires contenant des éléments d’armes de poing et d’épaules avaient été volées. A l’été 2015, pas moins de 150 détonateurs et pains de plastiques avaient également été volés par des malfaiteurs qui avaient découpé les grillages du centre de stockage de munitions militaires de Miramas. Décidement !  Enfin début 2017  un porte-engin et un tractopelle de l’armée disparaissaient près de la base militaire d’Istres. Ils furent retrouvés depuis.

Devant l’importance et la fréquence de ces vols dans les Bouches du Rhône, on imagine aisément que d’autres régions puissent également être touchées par ce fléau. Mais comment le savoir quand les médias traditionnels semblent beaucoup plus discrets à ce sujet?

Jean-Marie GUIGLIA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *