Aller au contenu

Rencontres d’Arles: une enquête photographique dénonce les “ravages” du géant américain Monsanto

Arles, 14 juillet 2017 (prouvenco-info.com)

Depuis 47 ans les Rencontres d’Arles sont chaque été le premier festival de photographie de renommée internationale. Au programme de cette année 2017, une exposition est particulièrement dédiée aux « désordres du monde » avec l’enquête de Mathieu Asselin sur les ravages du géant américain Monsanto. Nous reprenons in extenso l’excellent article tiré du site france3-régions.francetvinfo.fr.

******************************************************************

L’enquête photographique de longue haleine signée Mathieu Asselin qui accuse le géant de l’agrochimie américain Monsanto est présentée aux Rencontres d’Arles et publiée par Actes Sud,

Des villes fantômes ravagées par la pollution, des générations d’enfants handicapés, l’enquête photographique de Mathieu Asselin, présentée aux Rencontres d’Arles et publiée par Actes Sud, accuse le géant de l’agrochimie américain Monsanto.

L’enquête du photographe franco-vénézuélien a duré cinq ans. Elle débute à Anniston, une petite commune de l’Alabama, haut lieu pendant des décennies de la production des PCB (polychlorobiphéniles), utilisés entre autres comme lubrifiants, revêtements imperméables et produits d’étanchéité.

« Malgré un procès gagné en 2002 contre Monsanto, Anniston est contaminée, ravagée par la pollution, ses habitants sont malades, leur vie détruite. Monsanto connaissait pourtant la dangerosité des PCB depuis 1937« , résume à l’AFP le photographe, devant des photos d’habitants dont les proches ont été fauchés par des cancers. Mathieu Asselin a juxtaposé des publicités de la « Maison du futur » de Monsanto, présentée de 1957 à 1967 à Disneyland, en Californie, et qui draina 20 millions de visiteurs, et des clichés des maisons fantôme d’Anniston. « Aujourd’hui, c’est ça le futur selon Monsanto », affirme-t-il.

Plus de 500.000 bébés sont nés difformes

Le travail du photographe se poursuit au Vietnam, sur les traces de l’agent orange, puissant défoliant fabriqué par Monsanto et déversé par l’armée américaine de 1959 à 1971 sur le sud du Vietnam.

Depuis lors, « plus de 500.000 bébés sont nés difformes, le nombre de fausses couches et d’enfants mort-nés étant difficile à déterminer » et « plus de 2 millions de personnes dans le pays souffrent aujourd’hui de cancers ou de maladies liées à l’exposition chimique. 400.000 sont mortes ou handicapées », écrit Mathieu Asselin dans l’ouvrage, s’appuyant sur des recherches comme celles de la documentariste Marie-Monique Robin qui a travaillé sur Monsanto.

« Ce sont des enfants de 2e ou 3e génération« , souligne le photographe devant des clichés d’enfants de vétérans américains ou de jeunes Vietnamiens handicapés. « Certaines générations y échappent, ça voyage d’une génération à une autre et ça ressort d’un coup. C’est terrifiant. »

source: france3-régions.francetvinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *