Aller au contenu

Y a t’il des embrouilles avec le marché de l’eau à Marseille?

Marseille, 23 juin 2017 (prouvenco-info)

Martine Vassal Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, Loic Fauchon Président de la SEM (société des eaux de Marseille) et Jean-Claude Gaudin sénateur-maire de la ville Phocéenne ont tous les trois été entendus à l’Evêché, l’hôtel de police de Marseille, dans le cadre d’une enquête sur les conditions de passation du marché de l’eau à Marseille.

L’affaire remonte à 2013, époque durant laquelle Martine Vassal n’était qu’une élue de la ville. Hors la chambre régionale des comptes avait dans son rapport des l’année suivante en 2014, noté des « anomalies » très étonnantes sur la passation de ce marché de l’eau au bénéfice exclusif de la SEM. Y a t’il eu des « irrégularités » ? Selon le site france3-régions.francetvinfo.fr « La Société des Eaux de Marseille (SEM, filiale à 100% de Veolia) s’était vue attribuer en octobre 2013 et pour une durée de 15 ans par Marseille Provence Métropole (MPM) le marché de l’eau dans 17 des 18 communes de la collectivité territoriale (un million d’habitants) et deux des trois marchés de l’assainissement. Ces quatre marchés représentent un montant total de 3,2 milliards d’€. » En d’autres termes la Société des Eaux de Marseille aurait elle bénéficié de favoritisme?

Que reproche la chambre régionale des comptes?

1/ Les contrats auraient été attribués sans débat sur la durée qualifiée de « manifestement excessive »

2/ Quid du rôle et de l’influence active de Martine Vassal en faveur de la SEM?

3/ Quelle était l’importance des liens que Martine Vassal entretenait avec Loïc Fauchon en particulier au travers du Conseil mondial de l’eau, une association dont l’actuelle présidente du conseil départemental était la trésorière?

En novembre 2015 de nombreuses perquisitions eurent lieu à la SEM, à la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM), ainsi qu’au domicile et bureau de Martine Vassal. C’est désormais au parquet national financier de dénouer tous ces fils et dire s’il y a eu ou non favoritisme, conflits d’intérêts et influence active? L’enquête est ouverte. Souhaitons que pour les usagers de l’eau de MPM, ce dossier soit traité par la justice avec autant de zèle et de rapidité que celle ci sait déployer quand il s’agit de faits politiquement incorrects !

Marius BOUFFARTIGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *