Aller au contenu

Balade en Provence Celto-Ligure (1/2)

Aix-en-Provence 28 avril 2017 (prouvenco-info.com)

 

Prouvenco-info vous propose en deux parties, une balade dans le temps, à la recherche de nos racines quand Aix-en- Provence était la capitale tout au moins l’épicentre d’une aire ethno-culturelle, qui constitue le substrat de la « Grande Provence » actuelle.

 

Parler d’Aix-en-Provence c’est penser festival de musique, comme c’est penser théâtre en parlant d’Avignon. Mais l’ancienne capitale provençale, restée sa capitale intellectuelle, ne vit pas qu’en juillet. Elle a bien d’autres cordes à son arc.
Dont celle d’avoir été, dans les temps reculés, sinon la capitale tout au moins l’épicentre d’une aire ethno-culturelle, qui constitue le substrat de la « Grande Provence » actuelle, même en y incorporant les flux migratoires européens antérieurs à l’arrivée de César.

Flore de Provence
Mais autant César et les Romains ont laissé au sol et dans la pierre une empreinte forte et monumentale, autant les Ligures et les Celtes semblent avoir survolé la contrée tant leurs traces sont rares. Et il faut bien s’y connaître pour retrouver, souvent à l’écart des routes et des habitats, dans le fouillis végétal les lieux qu’ils ont marqués : lieux d’habitat, lieux sacrés.
Difficile de se projeter quelques millénaires en arrière et d’imaginer ces barres rocheuses dominantes, ces tertres abrupts boisés, occupés par des populations indigènes, à l’abri de murs de pierre puissants : ce que les Romains ont appelé « oppida » ou encore castellaras. On a pu parler d’une civilisation des oppida dans le Midi de la France.

Oppidum en Provence                                       Provence Celto-ligure
Leur nombre estimé peut atteindre plusieurs centaines par département : par exemple 300 dans les Alpes-Maritimes, 277 recensés dans le Var, plus de 200 dans le Gard et un nombre sensiblement équivalent dans les Bouches-du-Rhône, pour ne citer que les départements environnants. Mais les données archéologiques précises (sites fouillés et reconnus) sont beaucoup plus limitées.
Il ne faut cependant pas voir dans ces oppida un réseau urbain cohérent. Les oppida diffèrent d’ailleurs par leur période d’occupation, par leur superficie ou encore par le type de site où elles sont situées : éperon barrée avec pentes ou falaises sur trois côtés à Untunios à Saint-Antonin–sur-Bayon, enceinte en appui sur un à-pic à Constantine près de Lançon ou à Notre-Dame-de-Pitié à Marignane, sommet fermé par une enceinte comme au Pain-de-Munition près de Pourrières.
Leur localisation n’a jamais été retenue par « hasard
Enfin si ces habitats perchés sont nombreux, il ne faut pas penser que l’habitat de plaine était inexistant. Mais le perchement semble avoir été une caractéristique de ces populations. Sans être de ces passionnés en quête permanente de nouveaux vestiges, on peut avoir simplement la curiosité d’accéder à ces sites pour en ressentir la grandeur et, si on y est sensible, la « vibration », car leur localisation n’a jamais été retenue par « hasard ».
Dans les cultures que nous nommerons « premières » (à chacun de hiérarchiser, s’il l’entend) l’élection d’un lieu d’habitat par définition collectif relevait de l’acte sacré. En ces temps-là, on ne connaissait pas la laïcité ; on n’en avait pas besoin. Tous les membres de la communauté partageaient la même religion, priaient les mêmes dieux. Et tout était plus simple, comme en Amazonie ou au Japon.
Il est loisible de picorer les destinations au grès de ses envies ou d’entreprendre un parcours plus complet en combinant différents moyens de locomotion : marche, vélo, auto. En se munissant d’une carte au 100/0000 (pour les trajets sur route) ou/et au 25/000 pour la topographie d’approche. C’est notre choix.
Le périple que nous avons retenu s’étale sur plusieurs dizaines de kilomètres (aller). Il vous mènera à l’essentiel, au travers tantôt de paysages cézanniens, tantôt d’une Provence sauvage ou urbaine. Une dernière recommandation, passant : que la mémoire de ceux qui t’ont précédé te porte à l’attention, à la prudence et à la délicatesse.
Départ d’Entremont, située sur un mamelon à la sortie Nord d’Aix, qu’elle domine. La capitale des Salyens a précédé la ville romaine d’Aquae Sextiae. A son corps défendant pourrait–on dire, puisque sa destruction fut suivie de la fondation de la colonie établie à ses pieds.

Oppidum d’Entremont


Entremont fut redécouverte fortuitement pendant la guerre, dit-on ; les Allemands voulaient établir une station radio sur ce site dominant. Les fouilles ont montré une véritable ville, établie en limite d’un plateau calcaire, défendue sur deux côtés par des escarpements naturels et, au nord, par un rempart avec courtines et tours. Elle abritait une population nombreuse. Cette ville contrôlait des voies de transit entre Marseille et la Durance, l’étang de Berre et le Var.

Oppidum du Pain de munition
Capitale d’un peuple puissant, formant une société aristocratique et guerrière, « les Salyens atroces», elle eut le tort de gêner Massilia, alliée de Rome, fut prise d’assaut et ruinée : les guerres pour raison économique existaient déjà.

Continuons notre promenade vers l’Est par la vallée de Vauvenargues, puis le col de Claps. Longeant le versant nord de Sainte-Victoire, le mont Venturi, nous allons vers le Puits de Rians où existait également un oppidum. Mais celui qui nous intéresse est, à peu de distance, celui du Pain-de- Munition. Il se situe au sommet d’un mamelon boisé, très visible, aux formes bien symétriques, à l’Est de la route Pourrières-Rians.
Sur la route d’Hercule
Une marche, de trois quarts d’heure dans un maquis de chênes, conduit au sommet. On y découvre une enceinte constituée par un mur large, éboulé ; il faisait le tour du sommet. La vue est imprenable sur la route qui suit une combe et sur les alentours boisés : un véritable point d’appui pour contrôler un axe de circulation et un carrefour de voies. Les Celto-Ligures avaient le sens stratégique.

Oppidum de Bramefan
Nous laissons Pourrières derrière nous en obliquant vers le couchant et longeons le versant sud de Sainte-Victoire sur ce qui est, à peu près, la «route héracléenne ». La voie légendaire qu’emprunta, en sens inverse, Hercule qui s’en retournait en Grèce après être allé cueillir les pommes du Jardin des Hespérides. Peu après Puyloubier, un autre oppidum, celui de Bramefan, sur une arête, à mi-flanc, sur le versant sud de la montagne Sainte-Vicoire. Le décor minéral est d’une grande beauté.
Les fouilles ont mis à jour une occupation remontant au Vè siècle avant JC, avec la présence probable d’un sanctuaire ; à noter qu’il existe, à proximité, un ermitage de Saint-Ser. Peut-être les Dieux n’ont-ils jamais quitté ces lieux. Des vestiges de foyer et de vidanges témoignent d’une activité artisanale: petite métallurgie.
Voilà Untinos, à quelques centaines de mètres au-dessus du petit village de Saint-Antonin. L’oppidum occupe un éperon rocheux, perpendiculaire à la falaise sud de Sainte-Victoire. Un petit plateau, cerné de trois côtés par des pentes abruptes, domine la petite plaine qui va jusqu’au Cengle et la côte permettant d’accéder à Saint-Antonin. Là aussi, point de vue imprenable.
Un mur, haut d’environ un étage, témoigne d’une présence bien postérieure aux Celto-Ligures. Ce sont les vestiges d’une occupation au Moyen-Age. Il y avait là un castellum et une chapelle. La fouille du site celto-ligure a fait apparaître un rempart à l’ouest, au nord et au sud-ouest. Les autres côtés étant défendus par le relief. Quelques éléments d’urbanisme ont été relevés.

(Suite prochainement)

Xavier VIEIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *