Aller au contenu

La balkanisation de Marseille

Balkanisation de Marseille

Décidément, Marseille semble être une ville maudite promise au naufrage et à la balkanisation. Toute tentative semble vaine, ou du moins condamnée à l’échec, voire l’oubli. Il y a quelques mois, dans cette rubrique, était évoquée le projet Bernasconien de réouverture du feu- cinéma UGC Capitole sur la tristement renommée Canebière ( projet lui aussi semblant avoir disparu)…Et bien, c’est aujourd’hui un autre projet, o hasard, lui aussi lié au 7e Art, qui a du plomb dans l’aile !

 

Coïncidence ou fixation passionnelle, allez savoir …

En effet, il y a déjà 3 ou 4 ans, dans le quartier anciennement français de la Capelette, dans le 10e, après le succès, effectif celui la, du palais des sports, (ou « patinoire », pour certains) les promoteurs lancèrent l’idée de créer un centre commercial avec commerces, animations et, justement, multiplexe de 16 salles, dans ce quartier qui a descendu 10 échelons de salubrité et de tranquillité en autant d’années…

 

Il faut savoir qu’à part des kebabs, des taxiphones, l’inévitable fabrique à chômeurs et incultes manipulables et corvéables à merci ( ou « lycée », pour les vieux…) et 2 bureaux de postes -entre 3 anciens commerces agonisants-, ce quartier est devenu une sorte de No man’s land Européen, sorte de souks de centre ville, extrêmement glauque, ou la casquette à l’envers croise le photomaton ambulant, et à la laideur et aux murs grisâtres qui réhabiliteraient sans difficultés les quartiers industriels de Manchester . Le peu de commerces vaguement gaulois fondent peu à peu, sauf les gardiens du temple (les banques), qui n’ont pas grand chose de Gaulois comme on le sait, et s’installe la , entre paupérisation et islamisation même plus rampante, une anti-France décomplexée mais complexante et anxiogène car situé entre 2 arrondissements encore « présentables ». On notera d’ailleurs qu’en Novembre, la poste qui sert de vigie au centre de ce quartier a été fermée 2 jours d’affilée, un postier avait été en effet, violemment agressé, sans doute par un futur Montaigne, comme dirait l’autre….

 

Bref, pour réévaluer cette zone occupée et lui donner l’illusion de la normalité, les pouvoirs publics eurent l’idée pas si mauvaise d’y implanter de la vie commerçante un peu plus glamour que de l’épicerie nocturne refuge à la pollution humaine inévitable dans un cadre si paradisiaque…

Devinez ce que l’on peut lire sur le panneau des travaux, à ce jour ?

«  Ouverture début 2017 »… juste au dessus d’un terrain similaire à un champ de ruines…

Quand ça veut pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *