Aller au contenu

Orange et les traditions de décembre

Le mois de décembre est un mois où les traditions vont bon train à Orange. Salon des santonniers, procession mariale du 8 décembre, crèche à la mairie, autant de signes de la présence de notre histoire sur cette terre provençale.

L’installation de la crèche à la mairie a eu lieu le premier dimanche de l’Avent. Orange signe ainsi son enracinement dans la tradition provençale et son attachement à l’identité chrétienne de la France. La polémique sur l’installation de crèche en mairie a montré que la laïcité était un prétexte pour faire table rase du passé. La laïcité sacralisée entend que toutes les religions soient traitées avec une égalité parfaite. Pour cela, il faut oublier l’histoire de France et ses racines. Malheureusement pour les idéologues anticléricaux, la France n’est pas une entité ex nihilo, créée à partir de rien. Elle existe car elle a une histoire, des racines, des traditions. C’est son identité ; l’en amputer serait la détruire.

Un événement important, le salon des santonniers, avait lieu le week-end dernier à Orange. Il rassemble les plus grands génies de la création santonnière, exposant leurs œuvres et proposant des démonstrations. Ce salon encourage un art local qui est une richesse pour notre région. Défendre ainsi ce savoir-faire participe à sauvegarder nos traditions chrétiennes, à sauvegarder un art provençal, à sauvegarder un métier. Autant de raisons qui rendent la ville d’Orange fière d’accueillir cet événement.

Le 8 décembre, la France fêtait l’immaculée conception de la Vierge. A Orange cela s’est manifesté par une procession depuis la statue de la vierge, surplombant la ville, jusqu’à la cathédrale. Chant, prière, recueillement étaient les mots d’ordre pour saluer Celle qui, selon la foi chrétienne, fut choisie par Dieu pour être la mère du Sauveur. Les Orangeois, accompagnés par le maire et les élus de la ville ont descendu la colline Saint Eutrope, bougie à la main, pour ensuite participer à la célébration de l’Eucharistie dans la cathédrale. Un vin chaud attendait les pèlerins à la sortie de la messe.

Ces différentes manifestations seront vues par le politiquement correct comme un affront à la laïcité. Mais celle-ci consiste à séparer le pouvoir politique des organisations religieuses ; la pratique du religieux relève alors du domaine privé et n’interfère plus avec des décisions d’ordre public. Elle n’implique pas une égalité de la place des différentes religions dans notre pays. On voudrait interdire les crèches car cela autoriserait le port du voile. Ceux qui prônent un tel raisonnement sont bien loin de la laïcité. Cette dernière garantit la liberté religieuse. Une crèche dans une mairie ne force personne à prier devant. Si le principe de laïcité continue d’être aussi mal interprété, on exigera bientôt le même nombre de mosquées en France que d’églises ; et l’étape suivante sera d’imposer le même nombre de fidèles pour chaque religion.

Mélanie Fabre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *