Aller au contenu

MARSEILLE-CASSIS 38ème édition.

arton1416

 

Marseille Cassis: 38ème édition sans bénévoles, pas de course!

Si vous pensiez vous inscrire et faire la course pédestre Marseille Cassis de dimanche prochain 30 octobre 2016, et bien c’est trop tard. Bien trop tard, car ceux qui viendront aujourd’hui et demain récupérer leur dossard se sont inscrits en mars dernier et ils n’avaient qu’une petite demi-journée pour tenter par internet d’avoir un des 15.000 dossards disponibles.

Cette course devenue mythique est organisée par le club SCO Sainte Marguerite et ses 600 bénévoles; une armée de volontaires dévoués et convaincus.

http://www.marseille-cassis.com/fr/

Alors pourquoi ce succès pour la course la plus importante de France après le marathon de Paris? Revenons quelques années en arrière, en 1979, ou une bande de copains décidèrent d’organiser une course de 20kms accessible à tous. Ils étaient 700 participants à la première édition, 37ans plus tard, nous serons 15.000. Oui je dis nous car j’aurai le plaisir de faire cette course pour la 2ème fois.

Très vite les grosses écuries de Kényans et d’Éthiopiens sont venues montrer de quoi elles étaient capables. C’est ainsi que le record de 2011 de 58min 11s détenu par l’Ethiopien Atsedu  Tsegay a été pulvérisé l’an dernier en 2015 par le Kényan Edwin Kipyego  en 57min 18s. Vous rendez vous compte que nous sommes sur une vitesse moyenne supérieure à 20 km/heure? Chez les féminines c’est la Kenyane Peres Jepchirchir qui est la détentrice du record avec 1h 6min 1s. Mais au delà de ces  « extra-terrestres », Marseille Cassis est avant tout une grande fête populaire du sport et de la course à pied; même si, de-ci de-là, quelques « people » viennent se frotter ou se montrer à cette course. On y vient seul ou avec son club, en famille ou avec ses collègues, de toute la France bien sûr mais du monde entier également. On se déguise parfois , on rigole souvent et puis beaucoup mais beaucoup moins dans la fameuse montée de la Gineste.

Car ce qui fait la particularité de cette course de 20km, ce sont ses 6 km de montée avec un dénivelé de 350 mètres environ qui arrivent malgré tout après quelques « faux plats montant » histoire de se mettre en jambe! Puis la grande ligne droite et la descente sur Cassis sont loin d’être une partie de plaisir. Une descente en « vitesse accélérée » est souvent plus difficile pour les jambes, genoux et chevilles… Mais tout est dans la tête parait-il?  Et comme le public nous encourage alors tout va pour le mieux avant la délivrance et l’arrivée sur le petit port de Cassis. Ça y est on est « finisher » on peut aller prendre ce petit bain bien mérité sur la plage, nos muscles et articulations apprécieront l’eau fraîche de la mer, car cette année la météo devrait être favorable.

Alors haut les cœurs et y a plus qu’à…….enfiler ses chaussures de running.

Charles Panisson

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *