Aller au contenu

Christian Estrosi se débat contre la manipulation médiatique

Christian Estrosi

 

Il fut un temps où Christian Estrosi était le chouchou des médias mainstream, tant locaux que nationaux. C’était le temps de la campagne électorale des régionales et il fallait « faire barrage au FN » et faire élire le candidat Les Républicains à tout prix, y compris avec les voix de gauche. Ce qui a fonctionné très bien du reste.

Mais le président de Région n’est plus sous la protection bienveillante de la Bien Pensance et il en a fait l’amère expérience. Il est en effet « flingué » dans l’émission « Cash Investigation » d’Élise Lucet diffusée hier mardi 18 octobre 2016 par France 2. L’un des trois sujets de l’émission portait sur le « P.P.P. », comprenez Partenariat Public Privé. Alors que des milliers d’exemples pouvaient illustrer cette émission, Élise Lucet et son équipe se sont penchés exclusivement sur le stade Allianz Riviera de Nice.

S’il est vrai que le « P.P.P. » est un procédé palliatif aux défaillances du public, local et national, ce que montre fort bien monsieur Marty, chercheur du CNRS, dans l’émission, celle-ci est une véritable charge malhonnête contre l’ancien maire de Nice. Par suite cette émission perd considérablement en crédibilité.

Les journalistes de France 2 étalent sans retenue leurs grotesques procédés manipulatoires :
• mélange des chiffres : le coût retenu du stade est selon les circonstances, ou bien son coût global dans la durée (372 millions d’euros) ou bien son coût initial (204 millions d’euros)
• coût du stade ramené à la place : 5 828 € (204 millions d’euros divisés par 35 000 places) ce qui n’est pas en soi un scandale, de nombreux stades ont coûté plus cher
• les économies de fonctionnement ne sont jamais prises en compte, ce que Christian Estrosi a beau jeu de relever en donnant à la présentatrice une leçon d’économie et en relevant toutes les avancées écologiques du bâtiment (panneaux photovoltaïques, récupération de l’eau de pluie notamment) qui réduisent les coûts de fonctionnement
• amalgames grossiers entre le coût du stade et la façade détériorée d’une école ou la canalisation du Paillon alors que des dizaines de millions sont dépensés pour canaliser le Var dont les travaux gigantesques sont bien visibles depuis … le stade Allianz Riviera
• le reportage accable l’ancien maire au prétexte que ce stade est surdimensionné avec une moyenne de 18 000 spectateurs — 22 000 avancera Christian Estrosi — mais… c’est déjà pas si mal
• le comble est atteint lorsque le maire actuel de Dunkerque, Patrice Vergriete, est présenté comme LE bon élève au motif qu’il a cassé un « P.P.P. » signé par son prédécesseur à la mairie en oubliant de mentionner tout simplement :
1) que ce projet de 250 millions d’euros, nettement supérieur à celui de Nice, concernait la ville de Dunkerque (200 000 habitants) et était dimensionné pour 10 000 places seulement ; pourquoi Élise Lucet ne relève-t-elle pas alors le prix à la place ? Ce qui fait ici 20 000 euros la place !
2) que ce contrat avait été signé par l’ancien maire socialiste de Dunkerque pendant plus de 25 ans, un certain Michel Delabarre, sept fois ministre sous François Mitterrand, toujours sénateur, dont le nom n’est pas même mentionné et qu’il eût été facile d’interviewer.

Ainsi Christian Estrosi fait-il lui aussi à présent les frais d’une presse sûre d’elle-même, arrogante, incompétente et partisane qui le jette en pâture après l’avoir protégé il n’y a pas si longtemps. Face à cette charge en règle, reconnaissons à notre ancien maire le courage de se jeter dans l’arène — du stade — et de venir s’expliquer en direct, ce qui a permis à tous les téléspectateurs de voir ou découvrir une Élise Lucet outrecuidante (à partir de 1 h 53 mn). Estrosi y répondra par une rafale de 39 tweets en un plus de 2 heures. Une véritable « leçon de tweet » (voir ci-dessous).

Ce n’est pas au vieux briscard de la politique que nous apprendrons qu’« il n’y a pas loin du Capitole à la roche tarpéienne ». Il reste à l’ancien maire de Nice à se pencher sur la réinformation pour une fois qu’elle est à ses côtés ! Nous l’invitons à s’inscrire à notre newsletter comme plus de 2 000 personnes l’ont déjà fait.

Georges Gourdin

 

Sources : Nice-Provence.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *