Aller au contenu

Bollène : Hamid Makar, encore un déséquilibré !

Bollène formule 1

Dans une actualité très troublée, attentats de Nice, prêtre égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray, fillettes poignardées dans les Hautes-Alpes, c’est à Bollène aussi que le quotidien est empreint de terrorisme.

Mardi 19 juillet 2016, un homme armé, Hamid Makar, s’est retranché dans un hôtel. Il avait un comportement agressif et refusait de quitter sa chambre. Le patron de l’hôtel a donc prévenu la gendarmerie. La possibilité d’un colis suspect étant retenue, l’antenne GIGN d’Orange est intervenue avec des démineurs et des chiens renifleurs d’explosifs. Après plus de 7h de mise en place de dispositifs et de négociations, l’homme s’est rendu aux gendarmes. Pendant ce temps, un périmètre de sécurité de 250 mètres a été établi autour du Formule 1. L’autoroute A7 a été fermée sur 38 km dans les deux sens de circulation pendant plus de 4 heures. Les automobilistes étaient invités à prendre les axes secondaires. Ce dispositif a entrainé d’importants bouchons, les voitures étaient arrêtées sur plusieurs km.

Marie-Claude Bompard, maire de Bollène, a appelé les habitants au calme et surtout à la prudence en restant chez eux au maximum le temps que l’individu soit arrêté.

Elle a décidé, avec les élus bollénois, de ravitailler en eau les personnes bloquées sur les routes et a ouvert un gymnase municipal pour reloger les clients de l’hôtel et les personnes évacués de leur domicile. Face à une situation dont les causes sont d’ordre national, des réponses locales peuvent être apportées. C’est ce que nous montre la municipalité bollénoise face à cette situation terroriste qui n’était pas de son ressort.

Le coût de cette opération est énorme : mobilisation du GIGN de Paris, du PI2G d’Orange, fermeture d’autoroute etc. C’est des centaines de milliers d’euros qui sont partis dans cette affaire. Décidément les terroristes coûtent chers à l’Etat ! Reste à savoir comment les médias ont parlé de cette affaire ? Ils ont qualifié l’individu de : « forcené », le Dauphiné, « Un marginal de 27 ans », France bleu, un homme « dont l’état psychologique qualifié de très fragile… », le parisien. Son nom, son origine et sa religion ont rarement été cité. Il s’agit d’Hamid Makar, 27 ans, d’origine magrébine et de religion musulmane.

 

Mélanie Fabre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *