Aller au contenu

La guerre des chiffres

Selon les forces de l’ordre ou selon les manifestants !

 

C’est devenu un rituel. A chaque manifestation le nombre de participants peut varier du simple au double, voire au triple et même au décuple. Mais pourquoi tant d’écarts ? C’est la guerre des chiffres.

On est dans une surenchère de chiffres complètement folle.

 

Plus personne n’est dupe et tout le monde se fait sa propre opinion. Au café du commerce, le français coupera la poire en 2 ou en 3… Prenons l’exemple de la dernière manifestation à Marseille contre la loi travail El Khomri, hier jeudi 31 mars 2016. La préfecture annonce environ 11.000 alors que le journal la Provence estime le nombre à 30.000, les syndicats quant à eux n’y vont pas avec le dos de la cuillère et annoncent 120.000 pour la CGT et 150.000 pour FO qui dit mieux ?

 

On est dans une surenchère de chiffres complètement folle, qui n’a plus de sens et qui surtout n’est plus crédible.  Mais ce n’est pas grave. Chaque camp veut maximiser les profits et les retombées à la hausse pour certains à la baisse pour d’autres.

On voudrait nous prendre pour des imbéciles qu’on ne ferait pas mieux. Je sais bien que lorsqu’il s’agit de manifestations nous ne sommes que sur des estimations. Hors il existe plusieurs techniques qui semblent  être acceptées par toutes les parties; encore que! C’est la longueur du défilé, la largeur des rues, le nombre de personnes par rangée, le nombre de personnes sur les trottoirs, la vitesse de déplacement, la densité de la foule (nombre de personnes par mètre carré) et cætera.

 

Alors la seule explication entre ces différences très controversées c’est l’enjeu politique et uniquement ça. La rue appartient à celui qui y descend dit la chanson, mais pas seulement la rue , car après la rue il y a les parlementaires , sensés être à l’écoute de leur circonscription mais aussi et surtout le pouvoir donc le gouvernement

N’a t-on pas vu dans un passé récent des manifestations monstres sur l’éducation ou la famille qui en ont fait trembler plus d’un ?

 

Alors qui a raison: les manifestants ou la police ? Les deux mon général. En ce qui me concerne j’ai mon opinion mais je ne rentrerai pas dans la guerre des chiffres.

 

Jean Marie GUIGLIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *