Aller au contenu

Christian Estrosi ou la démocratie réinventée

Christian Estrosi innove en voulant créer une assemblée régionale bis, composée en partie des battus du 1er tour des dernières élections régionales de décembre 2015.

Du jamais vu, mais je crois que nous n’avons encore pas tout vu. C’est une première mais sûrement pas la dernière du nouveau président de région PACA habitué aux méandres sombres de la politique politicienne.

 

Christian Estrosi et les « responsables politiques » comme ils disent, sont prêts à tout et son contraire pour conquérir le pouvoir et surtout le garder.

 

Ce conseil territorial puisque cela pourrait être son nom, n’est que le renvoi d’ascenseur aux socialistes, écolos et autres battus du 1er tour pour qu’ils reportent leurs voix en faveur de Christian Estrosi au second.

Si ce conseil ne bénéficie d’aucune légitimité, il disposera sans doute d’un budget conséquent : frais fixes, frais de personnel, défraiements etc. Bref une pompe à fric, un gadget supplémentaire, un machin comme dirait De Gaulle. Mais n’oubliez pas toujours avec vos impôts !

Faut-il voir avec la mise en place de ce conseil, une nouvelle forme de « démocratie » ? C’est une première en France, un test grandeur nature avant la généralisation, qui sait, à toutes les régions et pourquoi pas à toutes les assemblées, permettant de fait aux partis de l’establishment de conserver leur pouvoir et autres avantages. Je te tiens, tu me tiens par la barbichette… Pourquoi ne pas imaginer, au point où nous en sommes, une assemblée nationale ou un sénat bis ! C’est affligeant, mais rassurant quelque part.

 


Intervention de Marion Maréchal-Le Pen

 

En effet je crois que les français ne sont pas dupes et le seront de moins en moins. Les scores du Front National, du rassemblement Bleu Marine, et des abstentionnistes déçus de cette misère politique l’attestent à chaque élection.

 


La réponse de Christian Estrosi

 

Avec ses élucubrations, il n’empêche que Christian Estrosi, l’homme des 26% du 1er tour, est désormais l’obligé de ceux qu’il critiquait ouvertement en public mais avec qui il s’arrangeait en privé.

Il va falloir que je retrouve la définition des mots traîtrise et collaboration.

Jean Marie Guiglia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *