Aller au contenu

De capes et d’épées

Les mousquetaires se font rares. L’esprit du duel, quelqu’un connait ? Avec le nombre de bastons nocturnes marseillaises, il y aurait de quoi occuper la clique romantique, la « banda » nostalgique d’une époque où grand nombre des différends se réglait au sabre ou aux poings en version originale. La savate et l’escrime, des valeurs sûres. Cependant ses adeptes ne courent pas les rues. Sûrement cachés dans les bars et les cours intérieures, ils ne sont pas de ce monde. Ils ne sont plus de ce monde ceux qui définissaient honneur, panache, gloire, violence et style simplement par leurs gestes.

Arme ton âme et ton corps

Face à une crapule sponsorisée par Nike, je préfère le gentleman bien droit dans ses bottes. N’importe quel grouillot saura faire la différence entre les deux. Le premier est vil, lâche et agressif. Le second ne commence jamais la bagarre, mais sait la finir. Donner le dernier coup. Le jour où les œuvres des théoriciens duellistes et des Bernard Lugan seront diffusées dans tous les foyers qui se respectent, les rues de Marseille ne seront plus les mêmes. Pour en finir avec la racaille, un armement intellectuel et physique est requis. Arme ton âme et ton corps. Lis le Bushido ou Fight Club. Bref, claque-leur à la gueule. Refuser de rester silencieux, défendre celle ou celui pris à partie par la Bête Immonde, persuadée que tout lui appartient : voilà à quoi nous aspirons. Être de ceux qui soignent leur boxe à l’ancienne. Être de ceux qui insultent de gredins ou de manants la bande frénétique de salauds en survêtement moulants. Affreux.

Un peu d’esthétique et d’allure ne fera pas de mal à notre belle Cité dont les rues sont tachées du sang d’agressés à dix contre un

J’attends le jour du « un contre un », j’attends le jour du « real men use fists ». Un peu d’esthétique et d’allure ne fera pas de mal à notre belle Cité dont les rues sont tachées du sang d’agressés à dix contre un. Je suis peut-être dans mon monde, dans un monde où la loi du Talion fait rage, où les problèmes s’arrangent à l’aide de flingues und so weiter… C’est ce que tu penses tête d’huître. Sors un peu du tien, rose comme les fesses du nouveau-né et aussi réel que le monde de Winnie l’Ourson. Arrête de penser que la vraie arme du féminisme c’est une paire de seins à l’air, barbouillée de slogans à la con. La vraie arme pour nos femmes c’est le Smith et Wesson, pour nos enfants ce sont des cours de boxe Thaï après l’école, pour nous c’est de se lever en homme. Ça ne marchera pas ? En même temps si tu ne sors pas la plume que tu t’es plantée dans le cul pour ressembler à un coq, c’est sûr que ça ne fonctionnera jamais.

 

duel prouvenco info

 

Pèr pas t’engana, cougno !

Voici quelques conseils :
– Ne jamais avoir peur de s’asseoir au fond du bus, places favorites des racistes anti-blancs.

– Le métro est déjà assez bruyant, donc la musique vaseuse et saturée qui s’échappe du téléphone du lascar assis en face de toi : à proscrire.

– Ne jamais être seul, sinon t’es une proie facile.

– Ne pas répondre quand ils collent leur tête contre la tienne, ne pas discuter, ni essayer d’arranger les choses. Frappe le plus fort que tu peux.

– Ne pas oublier que la racaille c’est comme les chiens, ça ressent la peur et en profite. Face à un type qui le menace de bouffer son oreille gauche, le chien décampe la queue entre les pattes.

– Lire l’Insoulènt de temps en temps, ça mange pas d’pain.
Je te l’accorde, tout paraît facile à première vue. Nous ne sommes pas des dieux (même si je suis persuadé de pouvoir cracher des flammes quand je suis en colère). Non, ce qu’il faut c’est l’esprit du duelliste, du mec qui n’a rien à perdre, de celui qui rit sous les coups. Le reste suivra, peut-être pas au début, mais ça suivra. J’attends avec impatience que les adeptes des agressions faciles, des coups de couteau, des lynchages et des bombes lacrymogènes de femelles se décident à affronter plutôt qu’à fuir tels des sprinters AOC. Face à la racaille, tu n’es plus seul, commence donc à lui faire goûter un peu de tes poings, l’Ultima Ratio. Pèr pas t’engana, cougno !

Une réflexion au sujet de « De capes et d’épées »

  1. Pierre dit :

    Je viens de découvrir ce blog, bravo !

     

    Un allié marseillais.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *